L’Albatros aime La Famille Bélier

20141217-233612.jpg

« Mes chers parents je pars », c’est le cycle de la vie chanté par Michel Sardou. Eric Lartigau pioche dans le répertoire intemporel du chanteur pour poser la toile de fond de son nouveau film.

Les parents élèvent leurs enfants pour les voir partir. Il n’en sera pas autrement, pour « La Famille Bélier »… juste un peu plus bousculé.
Tous sont mal-entendants, sauf Paula la fille aînée du foyer. La vie place la jeune adolescente en pilier de famille. Elle est la voix et les oreilles des siens. Une sacrée responsabilité lorsque l’on est âgée de 16 ans. Une responsabilité qui, le moment venu, ne facilitera pas l’émancipation. La question se pose le jour où Paula s’inscrit à la chorale de son lycée. Son professeur, joué par le très original Eric Elmosnino, décèle chez l’ado une voix exceptionnelle au point de l’encourager à se présenter à un concours de chant à Paris.

Ce scénario sans fard et plein d’intelligence nous fait terminer l’année sur une très belle note cinématographique. Eric Lartigau brille dans sa façon de rendre ses personnages bavards !

Pour Karin Viard, dans le rôle de la maman, et François Damiens dans celui du papa on ne peut que saluer la performance. Le scénario leur impose de bloquer leur faconde habituelle, pour laisser place au mutisme. Un silence qui n’en est pas vraiment un. Les deux acteurs nous transmettent si clairement l’amour, la peine et l’humour qui animent le film. Le langage des signes devient ici un moyen de communication très expressif.

C’est Louane Emera qui interprète délicieusement le rôle de Paula. Louane que nous avions déja pue apprécier sur la scène de The Voice. Lors de sa première prestation à l’émission de télé-crochet, la jeune fille n’avait pas laissé le jury insensible. Son émotion non retenue avait ému aux larmes son coach Louis Bertignac. Eric Lartigau, devant son téléviseur, ce jour-là, craqua aussi devant le potentiel émotionnel de la candidate.
Un joli diamant brut, qui aurait simplement besoin d’être un peu poli. Des imperfections qui lui sont pardonnées au regard de ce naturel inné qu’elle posséde, sans encore le maitriser.
Tout est allé très vite pour Louane, en moins d’un an elle découvre le monde de la chanson et du cinéma. La petite « Bélier » n’a pas fini d’enfoncer les portes et de nous surprendre… Dossier à suivre et surtout film à voir.

Publicités